Déchets organiques

À Antananarivo, la production de déchets ménagers est estimée à 0,6 kg par jour et par habitant. Cette production est plus élevée par rapport à d’autres villes africaines, telles que Lomé (0,51 kg/hab/j) ou encore Addis Abeba (0,37 kg/hab/j), mais légèrement inférieure à la moyenne des capitales africaines (0,65 kg/hab/j).
Pour l’année 2014, le gisement des déchets ménagers dans la capitale a été évalué à 320 000 tonnes par an, soit 875 tonnes d’ordures ménagères produites par jour. Les déchets produits à Antananarivo proviennent essentiellement des grands marchés de la ville puis des ménages. Ces déchets sont à 65% de déchets fermentescibles.

Sur la totalité des ordures ménagères de la ville, seuls 50 % sont ramassées par le service de collecte associé à la municipalité. Le nombre de bennes insuffisant ainsi que leur localisation parfois éloignée des zones d’habitations informelles, accentuent la propagation des dépôts sauvages.
La stratégie du programme Déchets organiques prévoit la valorisation de ces déchets au niveau de la Ville. A cet effet, des projets menés par l’IMV et la CUA appuyent la production de compost urbain à destination des agriculteurs urbains et des services d’entretien des espaces verts de la commune.
Il y a incontestablement un besoin de production de proximité de compost. Le compostage de déchets organiques urbains faciliterait d’une part, l’accès au substrat compost pour les maraîchers urbains, et d’autre part permettrait de valoriser les déchets organiques, réduisant ainsi les contraintes liées au transport des déchets vers la grande décharge municipale d’Andralanitra et à la propagation des dépôts sauvages en milieu urbain.
 Rechercher un projet

Projets


IMV | Déchets organiques | Etude sur le compostage local
Voir : Déchets organiques | Etude sur le compostage local

IMV | Déchets organiques | Etude sur la caractérisation des déchets
Voir : Déchets organiques | Etude sur la caractérisation des déchets