Confier la gestion de l’épargne à un établissement financier

Si vous disposez d’une épargne et que vous voulez confier sa gestion à un gérant de portefeuille d’une banque ou d’une société de gestion, trouvez ici les informations essentielles :

Signer un mandat de gestion

Avant que le gestionnaire de portefeuille puisse toucher au compte épargne de son client, il est indispensable de mettre en place un mandat de gestion. Il s’agit d’un contrat écrit sur papier ou sur un autre support durable par lequel le client ou mandant donne le droit au banquier ou mandataire de gérer un portefeuille. Celui-ci peut inclure un ou plusieurs instruments financiers selon les objectifs d’investissement.

En contractant ce document, le mandant doit être en connaissance de cause de sa situation financière ainsi que tous les risques qu’il peut subir. Par ailleurs, ce mandat doit mentionner l’objectif de gestion et les catégories d’instruments financiers que peut comporter le portefeuille. Il doit également contenir toutes les modalités d’information du mandant sur la gestion du portefeuille, la durée, les méthodes de reconduction et la résiliation du contrat.

Connaitre l’horizon et les objectifs de placement

Dès le début du contrat, l’horizon et les objectifs de placement doivent être définis par les deux parties. Le mandant peut émettre son choix au mandataire, toutefois pour ne pas courir à sa perte, il ne doit pas lui-même évaluer ses connaissances en matière financière. Ainsi, le gestionnaire de portefeuille analysera le dossier et toutes les informations recueillies pour agir au mieux à l’intérêt de son client. Il précisera dans le mandat le profil de rendement recherché et les risques ainsi que les grandes caractéristiques de la politique d’investissement établies pour aboutir à l’objectif visé.

Par ailleurs, la majorité des mandataires proposent diverses formules de gestion à son client, selon le profil. Celles-ci peuvent être un mandat prudent, équilibré, dynamique ou offensif. Non encadrées par la réglementation de l’AMF, ces formules peuvent représenter des niveaux de risque différents d’un gestionnaire à l’autre. En outre, la stratégie d’investissement doit être mise au point avec le gestionnaire. Elle indique la catégorie d’investissement en mentionnant l’existence d’un plancher ou d’un plafond. À part cela, un indice boursier doit être émis au mandant afin de lui permettre de comparer la performance de son portefeuille avec celle de cet indicateur.

Modalité de rétractation et de résiliation du mandat

Si après avoir signé un mandat de gestion le mandant souhaite renoncer à son projet, il dispose d’un délai de rétractation de 14 jours sans avoir à se justifier. À cet effet, un formulaire de rétractation est annexé au mandat. Toutefois, ce délai n’est permis que si le contrat s’est fait par un moyen de communication à distance. Le mandant peut alors utiliser son épargne comme un apport personnel pour un crédit immobilier par exemple. Bien sûr si cette somme est importante. Dans ce cas-là, il peut passer par le site https://www.moncreditimmo.org/ pour comparer les offres.

Outre cela, il faut savoir que le mandat de gestion peut être résilié à tout moment, que ce soit par le mandant ou le mandataire. À ce moment-là, le mandataire doit être capable de fournir à son client un relevé de portefeuille et un compte rendu de gestion. Ces documents doivent mentionner les résultats de la gestion depuis le jour où il a pris en main le compte épargne. Ce gestionnaire devra également éclaircir la nature des positions ouvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *